17 mars 2006

Hummm... De la soupe tonkinoise !

A mes yeux, rien n'est plus réconfortant qu'un énorme bol de soupe tonkinoise.  Je m'y suis donc lancée hier après-midi.  Nous pourrons enfin nous réjouir ce soir pour le souper.

8 livres d'os de boeuf à moelle soupe_tonkinoise
20 tasses d'eau
1 oignon moyen, coupé en 2, caramélisé au gril du four
2 gros morceaux de gingembre, coupés en 2 sur l'épaisseur, caramélisés au four
1 botte de coriandre, tiges et racines (réserver les feuilles)
6 batons de cannelle
2 poignées d'anis étoilé (badiane)
4 c. à soupe de sel
6 c. à soupe de sucre

Mettre tous les ingrédients dans un énorme chaudron et amener à ébullition.
Réduire la chaleur et laisser mijoter doucement pendant 5 heures.
Laisser tiédir, filtrer et dégraisser en partie, si désirée (puisque le gras est transporteur des aromes, si vous dégraissez complètement, vous perdrez une bonne partie de ce que vous avez pris 5 heures à vouloir transmettre au bouillon !).

Faire tremper des vermicelles ou des nouilles (au choix) de riz 1 heure dans l'eau froide, égoutter et réserver.
Garnir vos plus grands bols à soupe de vermicelles/nouilles, de viande à fondue crue bien épongée (j'utilise toujours du boeuf par gout, mais du poulet ou du porc feraient tout aussi bien l'affaire), d'oignon tranché finement (idéalement trempé dans l'eau froide une dizaine de minutes), d'échalotes vertes (ciboules), fèves germées, de piment si vous aimez (ou une pointe de sambal olek), de coriandre fraiche hachée, de basilic frais haché (oriental si vous en trouvez), de sauce de poisson (nuoc mam) et de jus de lime. 
Verser le bouillon bouillant puis servir. 

On s'entend que je vous y ai mis la TOTALE.  Cette soupe est excellente sans une ou quelques-unes de ces garnitures. 
Ce qui est merveilleux, c'est que ce bouillon se congèle à merveille.  Lorsque j'en fait, parce que mon chaudron est capable de le prendre, j'en profite toujours pour faire la recette en 1 fois et demi. 
Pensez appeler votre boucher question qu'il amasse ses restants d'os pour vous parce que ce n'est pas tous les bouchers qui auront une telle quantité entre les mains.  Encore mieux...  Si vous passez près d'une épicerie orientale, vous trouverez les os pour la moitié du prix !  à moins que votre boucher ne soit généreux et accepte de vous les donner...  Tant qu'à les jeter !

Cette soupe se sert comme plat principal ou encore, en plus petite quantité, entrée.